Question : A-t-on du recul avec le Bosentan sur le plan pneumologique et sur le phénomène de Raynaud ?

Maintenant commercialisé sous le nom de Tracleer° dans l'indication de l'HTAP, Le bosentan est un traitement qui bloque les récepteurs de l’endothéline, une hormone qui serre les vaisseaux et qui est élevée dans la sclérodermie ; il est donc indiqué dans les cas d’hypertension artérielle pulmonaire et aussi en cas d’ulcérations multirécidivantes des doigts, qu’il ne guérit pas mais qu’il prévient.

Ce traitement coûteux n’est disponible que dans les pharmacies hospitalières et il fait l’objet d’une surveillance particulière notamment du foie (mesure régulière des enzymes transaminases) car des hépatites ont été décrites.

Le médicament est remboursé et est très efficace dans ce cas-là. On a beaucoup d'espoir avec ce produit. En effet, il y a eu une étude (RAPIDS) qui avait consisté à regarder le rôle préventif de ce médicament sur le ralentissement d'apparition de plaies sur le bout des doigts.

On a constaté deux tiers de nouvelles plaies en moins dans le groupe traité avec le produit par rapport au groupe placebo. Une nouvelle étude a eu lieu et la publication des résultats devrait être en cours. 

En conséquence, c'est un médicament porteur d'espoir, qui nécessite d'être testé dans la crise rénale sclérodermique mais à ce jour, on a peu de recul.

Ce qu'on peut dire quand même, c'est qu'il existe dans la littérature, quelques cas cliniques rapportés où l'association bosentan et IEC aurait donné une récupération très satisfaisante.


Néanmoins, en médecine, on ne peut pas s'appuyer que sur des cas cliniques isolés, on a besoin de protocoles de recherche comparant des patients qui reçoivent le médicament et ceux qui ne le reçoivent pas pour s'assurer qu'il y a une supériorité. c'est ce que ce protocole permettra peut-être de dire.