Question : J'ai dans mon entourage, 3 personnes ayant une sclérodermie (notamment ma sœur et ma meilleure amie) et 2 sont décédées. Elles étaient toutes infirmières ou aides soignantes. Y a-t-il eu des études réalisées sur le profil des malades ? Elles ont toutes été vaccinées contre l'hépatite B

Il faut se méfier des associations, qui sont le plus souvent des coïncidences et n'impliquent pas la causalité. Ce n'est pas parce qu'on est dans la rue quand un crime est commis qu'on est l'assassin. Constater (encore faudrait-il qu'on soit sûr du diagnostic) une sclérodermie chez trois femmes ayant toutes trois, été soignantes cela n'a qu'une valeur statistique faible et cela peut être dû au hasard. Bien entendu, toutes les soignantes sont vaccinées contre l'hépatite B pour raison professionnelle.

Et on sait que dans les familles des malades sclérodermiques, il y a une surreprésentation des maladies auto-immunes avec en particulier, une fréquence de sclérodermie égale à 1% (alors que dans la population générale, c'est 1 pour 5000.

Il n'y a pas à ma connaissance d'étude sur le profil des malades car il est très difficile de catégoriser et de trouver des témoins valables. On espère que les études en population générale qui ont été faites (Seine-Saint-Denis, Lorraine, etc.) puissent se poursuivre, en cherchant dans ce domaine ainsi que dans celui des facteurs de l'environnement qui déclenchent la maladie, mais actuellement nous n'avons pas de résultats en ce sens.

Le regroupement de cas de sclérodermie (dit "clustering"" en anglais) est connu dans certaines populations à génétique particulière (ex. indiens Choctaws aux USA) ou à environnement particulier, domestique (voisinage d'aéroports comme Rome-Fiumicino ou Londres-Gatwick) ou professionnel (travailleurs du sable, mineurs de rocher).

La silice est un facteur classique et reconnu. Les autres facteurs de risque domestique ou professionnels sont encore mal documentés mais ils existent et nous ne savons pas encore comment nous en protéger. En conclusion : ces trois dossiers sont intéressants et devraient être documentés, mais ils représentent probablement un groupage partiellement inexplicable de cas de sclérodermie.