Question : Je suis sclérodermique et en début de ménopause. Puis-je prendre un traitement substitutif hormonal ? 

Les hormones de traitement de la ménopause sont malheureusement associées à un sur-risque de problèmes de santé qui vont des problèmes artériels (de cœur en particulier) au cancer du sein.

Ce sur-risque est faible mais il est significativement prouvé par les grandes études publiées sur des milliers de femmes aux Etats-Unis et en Grande Bretagne ; il concerne aussi bien les hormones oestrogènes que les progestatifs, aussi bien les hormones par la bouche que celles délivrées à travers la peau en timbres. Cela étant, dans chaque cas le médecin pèse le rapport entre le risque et le bénéfice de chaque traitement ; et il faut reconnaître que certaines femmes ont beaucoup de bénéfice avec des hormones en termes de moral, d’ostéoporose, de bouffées de chaleur, etc.. mais il faut aussi savoir que des traitements alternatifs, non hormonaux, existent pour ces différents problèmes.

Le conseil raisonnable est donc de parler franchement avec votre médecin traitant de ces questions, de voir quelle surveillance est à mettre en place, et comment s’adapter aux situations qui peuvent se poser. Au contraire du lupus, maladie autoimmune où le rôle néfaste sur la maladie des hormones oestrogènes est reconnu, on n'a jamais montré que les hormones sexuelles étaient mauvaises pour la sclérodermie.