Le cas des sclérodermies localisées

Dans l’évolution des Morphées et autres lésions localisées de sclérodermies, seules les phases inflammatoires de début (quand la peau est rouge) sont indiscutablement accessibles à un traitement anti-inflammatoire comme les corticoïdes locaux. Dans certains cas rares, on peut être amené à tenter même des corticoïdes généraux pour une durée de quelques mois. Mais, aux phases de cicatrisation où la peau est enraidie mais blanche ou brune, ces traitements sont considérés comme peu efficaces. Le traitement par calcitriol a donné des résultats encourageants mais non contrôlés par une étude de grande ampleur.

TRAITEMENT

En général, la régression de ces formes est spontanée, et ne nécessite pas de traitement. Une corticothérapie locale peut être envisagée dans certains cas.

Par contre, une rééducation active (kinéthérapie) est nécessaire en cas de séquelles fonctionnelles (rétractations musculaires, retard de croissance), occasionnées par les lésions musculaires en particulier.

Quelques formes nécessitent un traitement corticothérapique par voie générale, la sclérodermie à plaques multiples, en particulier.

Par ailleurs, dans certaines sclérodermies localisées, un traitement par ultraviolets A 1 (UVA 1), qui sont des ultraviolets à forte longueur d'onde comprise entre 350 et 400 nanomètres, peut avoir d'excellents résultats, le médecin étant seul juge du bien fondé de ce traitement.